Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/309

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

charge de lui prouver, quand le moment sera venu, que son vœu est en quelque sorte criminel et que, selon Rousseau, c’est un double crime de faire un serment semblable. Si nous ne parvenons pas à la convaincre, eh bien ! nous retournerons tous à Rome, et puisque les papes se sont concédé le droit de délier des serments, elle se jettera de nouveau aux pieds de Pie IX pour lui demander la permission… d’être infidèle au bon Dieu !

— Si elle t’entendait !

— Hé ! c’est que vraiment vous me revenez tous les deux aussi fous l’un que l’autre ! Ah ! il était temps que je devinsse votre médecin et votre confesseur ! Tiens, le grand air ne te fera pas moins de bien qu’à elle ! Où allons-nous chercher la villa en question ? Moi, je te conseille Nogent, L’île de Beauté n’est pas encore trop envahie par les canotiers, et si tu y trouves une habitation convenable, ce sera parfait sous tous les rapports. Je pourrai en même temps ne pas abandonner ma clientèle et vous surveiller. Qu’en dis-tu ?

— J’irai demain à Nogent.

— Et tu vas être plus raisonnable ?

— Je te promets du moins de faire tout mon possible pour cela.

— Surtout bon visage à la chère enfant ! Affecte une confiance que tu devrais avoir, et qui te viendra, car, malheureusement, elle est fort intelligente, et…

— Pourquoi, malheureusement ?

— Parce qu’il est plus facile de soigner des imbé-