Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/310

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ciles ! Ils nous croient sur parole, ceux-là, sans nous faire un tas de questions auxquelles, le plus souvent, nous ne savons que répondre quand nous nous les adressons à nous-mêmes. À tantôt !

Dans la soirée, Bernel revint en effet au boulevard des Invalides, mais il n’y resta près de deux heures que comme ami, car Mlle de Tiessant ne se ressentait plus ni des fatigues du voyage ni de l’émotion que lui avait causée la consultation du matin. Elle était prête à suivre scrupuleusement le traitement qui lui était ordonné, et la perspective d’aller passer l’été à la campagne avec Gilbert, sa fille et sa tante, la ravissait.

Ronçay put donc s’absenter le lendemain, après le déjeuner, sans l’ombre d’inquiétude, et quand, en revenant, il apprit à Éva qu’il avait loué dans l’île de Beauté une ravissante habitation, Les Tilleuls, où ils pourraient s’installer aussitôt que cela lui conviendrait, elle applaudit des deux mains et commença tout doucement, avec Jeanne, ses préparatifs de départ.

L’un de ces préparatifs, il est vrai, lui serra douloureusement le cœur. Quand elle dut mettre de côté ses toilettes de théâtre, qui lui rappelaient de si grands succès et tous ses rêves de gloire, elle se dit qu’elle ne les porterait plus sans doute, car elle sentait bien que si la santé lui revenait ce ne serait jamais assez complètement pour qu’elle pût reprendre ce métier d’artiste, véritable Shylock, qui semble exiger de celui qui l’exerce un morceau de sa