Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/67

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

même rendu compte de ce qui s’était passé, la pauvre enfant à qui tout avait permis d’espérer un si brillant avenir, à Paris, se réveilla, et ce réveil fut terrible, femme d’un petit libraire du quartier Français, à Londres.