Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 4 Antechrist, Levy, 1873.djvu/438

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


discerner ; c’est le sentiment de tous qui constitue le véritable génie créateur.

Pourquoi l’auteur de l’Apocalypse, quel qu’il soit, a-t-il choisi Patmos pour le lieu de sa vision ? C’est ce qu’il est difficile de dire[1]. Patmos ou Patnos[2] est une petite île de près de quatre lieues de long, mais fort étroite[3]. Elle fut dans l’antiquité grecque florissante et très-peuplée[4]. À l’époque romaine, elle

  1. On n’a pu trouver dans ce choix aucune signification symbolique.
  2. D’où la forme populaire Patino.
  3. Voir L. Ross, Reisen auf griechischen Inseln des ægæischen Meeres, t. II, 1843 ; Tischendorf, Reise in den Orient, 1846, II, 258-265 ; le même, Terre sainte (traduct. française, 1868), p. 278-284 ; V. Guérin, Description de l’île de Patmos, Paris, 1856 ; Stanley, Sermons in the East, Londres, 1863, p. 225 et suiv. ; Petit de Julleville, dans la Revue des cours littéraires, 2 mars 1867. L’île a aujourd’hui environ quatre mille habitants. Elle se compose de trois massifs reliés par des isthmes étroits. Les altitudes des sommets sont d’un peu moins de trois cents mètres.
  4. Les mentions de Patmos dans l’antiquité sont rares : Strabon, X, v, 13 ; Pline, IV, 23, et, par conjecture du scoliaste, Thucydide, III, 33. Mais les inscriptions sont instructives : Corpus inscr. gr., nos 2261, 2262 ; Ross, Inscr. græcæ ineditæ, fascic. II, nos 189 et 190 ; Guérin, op. cit., p. 85 et 86, sans parler de deux (p. 9 et 86) effacées. La ville antique, dont l’acropole, en partie cyclopéenne, en partie hellénique, existe encore, était au port actuel (la Scala). La principale légende de la ville grecque était celle d’un temple élevé par Oreste à l’Artémis de Scythie (inscription n° 190 de Ross). Ce temple était probablement sur l’emplacement du monastère élevé par saint Christodule au xie siè-