Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


saint Paul : « Toute puissance, quelle qu’elle soit, vient de Dieu, » portera ses fruits, et, ce que Jésus n’avait guère prévu, l’Évangile deviendra une des bases de l’absolutisme. Le Christ sera venu au monde pour garantir aux princes leurs couronnes. Un pontife romain ne cherche-t-il à prouver de nos jours que Jésus-Christ a prêché et est mort pour conserver aux riches leur fortune et pour rassurer le capital ?

À mesure qu’on avance en cette histoire, les documents deviennent plus certains et les discussions préalables moins nécessaires. Les notes mises au bas des pages suffisent pour l’éclaircissement des questions critiques soulevées par les textes cités. La question du quatrième Évangile a été tant de fois traitée dans les volumes précédents[1], que nous n’avons pas à revenir ici sur ce sujet. La fausseté des épîtres censées de Paul à Tite et à Timothée a été démontrée précédemment[2]; le caractère apocryphe de la IIa Petri résulte des quelques pages que nous avons consacrées à cet opuscule[3]. Le problème des épîtres attribuées à saint Ignace et celui de l’épître attribuée à saint Polycarpe sont absolu-

  1. Voir, en particulier, l’appendice de la Vie de Jésus, à partir de la treizième édition.
  2. Saint Paul, introd., p. xxiii et suiv.
  3. V. ci-après, p. 109 et suiv.