Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


toute simple ; elle vient des démons. Le polythéisme ne fut autre chose que le règne des démons. Socrate le premier voulut renverser leur culte ; les démons réussirent à le faire condamner comme athée et impie. Ce que Socrate avait fait chez les Grecs au nom de la raison, la Raison elle-même, revêtue d’une forme, devenue homme et s’appelant Jésus-Christ, l’a fait chez les barbares[1]. Voilà pourquoi on appelle les chrétiens athées. Ils le sont, si l’on entend par athéisme la négation des faux dieux de l’opinion ; mais ils ne le sont pas au sens véritable, puisque leur religion est la religion pure du Créateur, admettant en second rang[2] le culte de Jésus, Fils de Dieu, et en troisième rang[3] le culte de l’Esprit prophétique. Le royaume qu’ils attendent n’est pas terrestre ; il est divin. Comment l’autorité ne voit-elle pas qu’une telle croyance lui est un bon auxiliaire pour maintenir l’ordre dans le monde ? Quelle barrière plus forte contre le crime que la doctrine chrétienne ?

Justin trace ici un tableau de la morale du Christ, d’après les textes de Matthieu, de Marc et de Luc, surtout de Matthieu. Il en établit l’innocuité et montre combien elle est utile à l’État. Il n’y a pas

  1. Apol. I, 5.
  2. Ἐν δευτέρᾳ χώρᾳ, ch. 13.
  3. Ἐν τρίτῃ τάξει, ibid.