Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le sentiment qu’éprouvèrent les hasidim, quand ils apprirent que la cité de Dieu allait se relever sans eux, fut la rage. On était au lendemain des exterminations de Quietus et de Turbo. Une terreur extraordinaire pesait sur la Judée ; remuer était impossible ; mais dès lors il fut permis de prévoir pour l’avenir une révolution plus terrible encore que celles qui avaient précédé.

Dès 122, probablement, Adrien donna ses ordres, et la reconstruction fut commencée. La population fut surtout composée de vétérans et d’étrangers[1]. On n’eut sans doute pas besoin d’en écarter les juifs ; leurs propres sentiments eussent suffi pour les faire fuir. Au contraire, il semble que les chrétiens rentrèrent dans la ville, dès qu’elle fut habitable, avec un certain empressement[2]. On divisa la cité en sept quartiers ou îlots, à la tête de chacun desquels était un amphodarque[3]. Les immenses soubasssements du temple, existant encore, invitaient à y placer le sanctuaire principal de la ville nouvelle[4]. Adrien prenait soin que les temples qu’il éle-

  1. Dion Cassius, LXIX, 12, ἀλλοφύλους ; Eusèbe, Théoph., 9 ; Vaillant, De numm. ær. col., I, p. 221.
  2. Cela résulte d’Épiph., De mensuris, 14, 15. Comp. Eus., H. E., IV, vi, 4 (Moïse de Khorène, II, 60).
  3. Chron. d’Alex., à l’année 119.
  4. Dion (LXIX, 12) [Xiphilin ?] dit que le temple de Jupiter Capilolin fut bâti ἐς τὸν τοῦ θεοῦ τόπον. Après Constantin, le temple