Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/519

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


quatre textes, les harmoniser entre eux et tirer d’eux un son unique, fut la difficile tâche que poursuivront désormais ceux qui tiendront à se faire une conception tant soit peu raisonnable de la vie de Jésus.

La tentative la plus originale pour sortir de cette confusion fut certainement celle de Tatien, disciple de Justin. Son Diatessaron fut le premier essai d’Harmonie des Évangiles. Les synoptiques, combinés avec l’Évangile des Hébreux et l’Évangile de Pierre[1], furent la base de son travail. Le texte qui en résulta ressemblait assez à l’Évangile des Hébreux ; les généalogies, ainsi que tout ce qui rattachait Jésus à la race de David, y manquaient[2]. Le succès du livre de Tatien fut d’abord assez considérable ; beaucoup d’Églises l’adoptèrent comme un commode résumé de l’histoire évangélique ; mais les hérésies de l’auteur[3] rendirent l’orthodoxie soupçonneuse ; le

  1. Tatien ne connaissait pas ou n’admettait pas l’Évangile de Jean. C’est à tort qu’on a cru que le Diatessaron commençait par « Au commencement, était le Verbe ». C’est à tort aussi qu’on a cru que le titre Διὰ τεσσάρων impliquait les quatre Évangiles canoniques. Le mot διὰ τεσσάρων est emprunté à la musique grecque et signifie en général l’accord parfait.
  2. Eusèbe, H. E., IV, 29 ; Théodoret, Hæret. fab., I, 20 ; Épiphane, hær. xlvi, 1. Pour les textes syriaques, voyez Credner, Gesch. der neut. Kan., p. 19 et suiv.
  3. Voir notre livre VII.