Page:Renard - Bucoliques, 1905.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
66
BUCOLIQUES

loux que de pommes de terre arrachées ?

— Mais vous n’êtes pas vieille, vieille ?

— C’est ce qui me désole. Si je ne vois rien à mon âge, je me demande ce que je verrai à quatre-vingt-dix ans.

— Vous ne devriez plus sortir le soir. Vous ramenez seule vos vaches du pré à l’écurie. Vous finirez par les perdre en route.

— Je marche tout contre elles, à une longueur de bâton. Et puis Blanchette fait tache blanche et je vois mieux les blancheurs que le reste. Ainsi, là-bas, j’aperçois quelque chose de blanc, mais je distingue mal.

— Ce sont les murs du cimetière neuf.

La cousine Nanette regarde longtemps du côté des murs.

— J’aimais mieux l’autre cimetière, dit-elle ; je trouve celui-là trop loin de l’église. Il faudra faire un chemin du diable.

— Dame ! cousine, pour aller en enfer !

La taquinerie manque son effet habituel. Ma cousine n’est pas d’humeur à discuter