Page:Renard - Bucoliques, 1905.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
68
BUCOLIQUES

chaque soir ici. Les perdrix, dispersées dans le jour, ont l’habitude de se réunir à cette corne du bois où elles passent la nuit. Les unes arrivent en piétant le long des haies. Un vol silencieux et droit rapproche les autres. Dès qu’une perdrix a rejoint la bande, elle se tait, et les appels qui se croisaient d’abord de tous côtés, cessent peu à peu, un à un, jusqu’au dernier qui reste sans réponse.

— Tu parles comme un avocat, dit Nanette, et naturellement tu vas mettre ça dans tes écrits.

— Juste, cousine.

— Et je parie, dit-elle hésitante, que tu y mettras… que je t’ai pris pour le berger de la ferme ?

— Je ne me gênerai pas, cousine.

— Tu as de l’aplomb ! dit-elle. Et si je te le défends ?

— Je vous désobéirai. Mais, au fond, vous êtes flattée.

— Moi, je me fiche de tes écrits ! Je ne sais seulement pas les lire.