Page:Renard - Bucoliques, 1905.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
78
BUCOLIQUES

— Allume du feu !

— Il n’y a plus de bois. J’ai brûlé la dernière bûche ce matin.

Vous devinez bien qu’il y avait du bois et que ce n’était là qu’une ruse de mon invention.

Il me crie des noms que le respect m’empêche de répéter.

— Ah ! il n’y a plus de bois ? Attends !

Et il attrape une pioche. Je m’imagine qu’il va me tuer et je fais mon signe de croix. Mais il saute sur une chaise et se met à cribler de coups de pioche les poutres du plafond, et il commence à le démolir. Et à chaque éclat de poutre il hurle :

— Tiens ! En voilà du bois, et encore ! et encore !

Je ferme la porte à clef et je me sauve chez les voisins. Et lui, il continue de piocher le plafond, et il aurait détruit la bâtisse, s’il n’était tombé le nez dans les gravats où il a ronflé toute la nuit.

Quelque temps après, le bon Dieu m’en a débarrassée.