Page:Renard - Le carnaval du mystère, 1929.djvu/98

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
90
le carnaval du mystère

la couvrirent de tant de baisers qu’elle consentit à partir.

Elle fut très aimée ce soir-là. Son sourire finit par reparaître, Mais souvent, bien souvent, nous devions la revoir plongée dans la contemplation intérieure de cette jolie fille qu’elle aurait pu être, et qui ne fut jamais qu’une ombre dans un miroir.