Page:Renard Oeuvres completes 1 Bernouard.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
XVI
PRÉFACE.


Lantier pour aller habiter rue Saint-Placide, n° 47, puisque c'est de Bourges qu’il demande, en 1886, qu’on lui envoie du linge " au régiment ou à mon adresse de Paris, 47, rue Saint-Placide. " De Bourges, ou il est arrivé le 12 novembre 1885, il écrit à son frère Maurice, en 1886 : " Je prends la garde cette nuit et demain. Mon voyage à Paris a été désastreux, ou à peu près. L'éditeur de Crime de village a disparu... Je vais en chercher un autre. D'ailleurs, je m'y attendais, mais je pensais que le volume allait paraître avant la fuite du monsieur. " C'est à tort qu’on a donné comme étant de 1883 [Almanach littéraire Crès, 1914, pp. 44-47], une lettre, de quelques mois seulement antérieure, où il fait part à son père de la même mauvaise nouvelle. On y lit, en effet, en P. S. : " Je n’ai reçu aucune invitation de Nevers [du bureau de recrutement]. Si on me refuse de faire mon " volontariat à Paris, ce sera complet ". Il donne à son père le nom de l’éditeur, Monnier, qui, en septembre avait accepté son recueil de nouvelles. Par la lettre précédente, adressée à son frère, nous savons qu’il s’agit de Crime de village, La lettre à son père a donc été écrite certainement en 1885, et très probablement dans les premiers jours d’octobre, car il n’a reçu que le 29 septembre avis de l'éditeur Monnier que ses associés se refusaient à publier ce livre.

De Bourges, il est venu plusieurs fois à Paris en permission. Pour ses douze mois de volontariat, son père a mis 1.200 francs à sa disposition. A la bourse paternelle et fraternelle, il fit quelques appels supplémentaires comme il lui était arrivé d’octobre 1881 à novembre 1885. Il était au 95e d’infanterie. Nommé caporal le 12 novembre 1886, il fut, à cette même date, envoyé en disponibilité et affecté au 85e, à Cosne.

Rentré à Paris aussitôt que délivré de la caserne, jus-