Page:Revue de l'art ancien et moderne, juillet 1906.djvu/333

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

LA REVUE DE L'ART 274 vécut tantôt chez les Mniszech, à Wisniowiec, tantôt dans la propriété qu'il avait achetée en 1809 dans le district de Plonsk, tantôt, enfin, dans sa maison de Varsovie, où il mourut en 1813. Placé sous la direction de Bacciarelli, dont il s'assimila vite la technique souple et délicate, en même temps que le coloris pâle et doré, Leseur eut l'idée de se consacrer à la miniature, et ne tarda pas à se faire une situationfort enviable dans ce genre alors à la mode. Ses succès firent même oublier ceux d'un autre miniaturiste, Charles Béchon ( 1732- 1812), venu de France à Varsovie, où il s'établit comme professeur de des- sin et de peinture, dont les oeuvres, aujourd'hui éparses , représentent quantité de personnages célèbres ayant figuré à la cour des deux derniers rois de Pologne. Ce Charles Béchon avait une belle clientèle aristocratique, et du ta- Louis MARTEAU. — LE COMTE MICHEL MNISZECH. Pastel. — Collection de M"'° la comtesse André Mniszech. lent, d'ailleurs. Mais Leseur, qui se faisait parfois appeler, à la polonaise, «  Lesserowicz», ne tarda pas à l'éclipser, et cela pour une raison tout à fait singulière. Il travaillait rarement d'après nature, en effet, et se bornait à réduire au format de la miniature et à copier, de fort habile façon, les plus célèbres portraits des grands artistes de son temps : ceux de Baccia- relli, de Lampi, de Grassi surtout, et aussi, plus tard, ceux de quelques artistes étrangers, comme M"10 Vigée-Lebrun, Fiiger, Isabey, etc. Ces copies des plus beaux portraits de l'époque sont traitées avec une déli-