Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
172
VARIÉTÉS.

Cependant, la nouvelle des projets de M. Bl… s’était répandue dans la contrée, et jusqu’au comptoir portugais de Zinghinchor. Une députation fut aussitôt envoyée de ce poste, pour contrecarrer les desseins du traitant français. Déjà des manœuvres de même nature et peut-être même des voies plus odieuses encore avaient été employées contre les tentatives d’établissement précédemment essayées par quelques uns de nos compatriotes. « Gardez-vous, dirent les envoyés portugais aux bons habitans de Hitou, gardez-vous de permettre à cet étranger de s’établir dans votre voisinage. S’il s’arrête parmi vous, c’en est fait à jamais de votre sécurité ; des pièces de canon lui seront envoyées par son gouvernement, pour vous chasser vous-mêmes de cette terre sur laquelle on se borne aujourd’hui à vous demander asile ». Deux messagers vinrent de la part de l’assemblée nous répéter ces insinuations hostiles d’une nation que nous eussions dû trouver amie, et ils nous avertirent que des considérations d’une nature aussi grave avaient fait juger indispensable un nouvel examen de la question. Une seconde délibération devait en conséquence avoir lieu le lendemain.

Le lendemain en effet, les nègres assemblés comme la veille, et procédant avec les mêmes formes, prirent la décision si impatiemment attendue. Deux habitans notables vinrent la notifier à M. Bl… ; voici littéralement quelle fut la teneur de leur message :

« Malgré l’opposition formelle des Portugais au sujet de l’établissement que vous désirez former chez nous, la demande que vous avez faite hier à cet égard à notre assemblée vous a été accordée d’une voix unanime ; nous nous sommes en outre chargés de vous aider, de tout notre pouvoir, dans la construction que vous avez résolue, et de vous procurer les matériaux nécessaires à cet effet. Vous n’avez donc qu’à nous marquer l’endroit que vous voulez choisir, et à nous tracer le plan de la case à construire. »