Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
204
NOUVELLES.

AFRIQUE.Colonie de Liberia, Mort d’Abduhl-Rahaman. — Cette colonie, formée par les soins de la compagnie de colonisation américaine, compte à peine huit ou neuf ans d’existence, et déjà elle renferme près de deux mille noirs libres qu’on y a transportés des États-Unis. Les premiers colons y arrivèrent au mois de décembre 1821, et y fondèrent l’établissement de Monrovia, près de l’embouchure du fleuve Muserado et du cap du même nom. Assaillis à plusieurs reprises par des peuplades voisines, ils eurent d’abord beaucoup de peine à se maintenir ; mais renforcés depuis par l’arrivée d’autres émigrans, et assurés de la protection de Boatswain, roi du Condoes, ils se sont étendus par degrés dans le pays et y possèdent maintenant plusieurs établissemens.

Le but de la société est de transporter sur la côte d’Afrique tous les noirs libres qui veulent s’y rendre, pour diminuer les gens de couleur des états méridionaux de l’Union où leur nombre, toujours croissant, ne laisse pas que d’inspirer des craintes sérieuses. La société a jusqu’ici dépensé 70,000 dollars qu’elle a employés à maintenir son agent, et à acheter un territoire de cent-cinquante milles le long des côtes et dont l’étendue intérieure est illimitée sur plusieurs points. La société a donné à la colonie une constitution et des lois (22 octobre 1828), qui garantissent aux habitans à peu près les mêmes droits et priviléges que ceux dont jouissent les citoyens des États-Unis. Leurs exportations, en 1828, ont été de plus de 68,000 dollars, et la valeur de leurs propriétés, à la même époque, pouvait être de 140,000.

Les pays voisins sont actuellement gouvernés par des princes amis, qui ont déjà fait eux-mêmes des progrès dans les arts de la civilisation. Les directeurs espéraient tirer le plus grand avantage de l’influence d’un ancien roi de cette partie de l’Afrique, conduit en esclavage aux États-Unis, et que la Société avait racheté pour l’envoyer à Libéria.