Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
210
ANNONCES BIBLIOGRAPHIQUES.

fin de réduire en nombres les avantages comparatifs de chacun d’eux, dans un mémoire qu’il vient de publier, sous le titre de Considérations sur les trois systèmes de communications intérieures, au moyen des routes, des chemins de fer et des canaux.

Un des résultats les plus utiles de ce travail, est la détermination des résistances propres à chaque voie de communication, ou des nombres qui sont le rapport inverse des poids qu’une même force peut mouvoir avec une vitesse déterminée, sur une route, un chemin de fer ou un canal. L’auteur arrive ensuite à l’élévation numérique des avantages absolus des trois systèmes, après avoir tenu compte de toutes les circonstances qui sont susceptibles d’entrer dans le calcul. Ces résultats, de la plus grande importance, sont établis sur tout ce qu’il était possible de réunir de plus positif en expériences exactes, et en considérations théoriques. Une partie intéressante du mémoire renferme des considérations remarquables sur l’état actuel des routes en France et en Angleterre, sur les péages en général, et sur la relation qui existe entre l’établissement des barrières des routes et la navigations intérieure du pays. Enfin des notes sur la force du cheval, sur les machines à vapeur et sur la comparaison de ces deux genres de moteurs, jettent une vive lumière sur une matière restée long-temps obscure.

Une exposition claire et méthodique d’un grand nombre de faits bien constatés, des conséquences remarquables déduites de ces faits par des raisonnemens rigoureux, caractérisent cet ouvrage qui se recommande également à l’attention des hommes de l’art, et à celle de toutes les personnes dont l’esprit est naturellement porté vers ces connaissances positives. On ne peut que savoir gré à M. Nadault d’avoir consacré ses loisirs à des recherches d’une utilité aussi immédiate, au moment même où s’agitent de grandes questions qui intéressent au plus haut degré l’industrie française. Ce jeune ingénieur a su, en outre, dépouiller la science de son austérité et mettre les vérités les plus abstraites à la portée de tout le monde : c’est un genre de mérite qui est bien loin d’être commun.