Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/242

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
234
ARCHIVES GÉOGRAPHIQUES.

qu’un million et demi d’habitans, ou tout au plus 1,900,000. Hassel, dans le Vollstaendiges Handbuch, va même jusqu’à réduire sa population à peine à un million. Sans adopter entièrement l’opinion du rédacteur de l’Edinburgh Review, qui estimait dernièrement la population de ce royaume de 7 à 8 millions, ni celle de M. Crawfurd, qui, l’année passée, la réduisait à 2,790,500, nous avons cru pouvoir la porter d’abord à 3 millions, et définitivement au moins à 3,300,000. Nous ferons observer que dans nos calculs nous avons tenu compte du grand nombre de Chinois qui depuis trente-cinq ans se sont établis dans ce royaume. Nous croyons inutile de réfuter l’estimation extraordinairement erronée par laquelle certains journaux, en s’appuyant sur l’autorité de M. Crawfurd, portèrent naguère la population de ce royaume à 28 millions d’ames, dont 12,600,000 Siamois, 440,000 Chinois, 2,000 descendans des Portugais et le reste Laosciens, Cambogiens, Peguains et Malais.

Mais devons-nous porter avec La Bissacher, Hassel et la plupart des géographes, à 23 millions la population de l’Empire d’An-Nam, ou bien la réduire avec le savant Graberg à 4 millions, en y retranchant la partie du Laos qui en dépend. Attendu la population très-concentrée du Tonquin et l’accroissement rapide observé dernièrement par Purefoy en plusieurs parties de la Cochinchine, de même que le petit nombre d’habitans que possèdent le Tchiampa, le Camboge et autres contrées qui en dépen-