Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/473

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
465
MÉLANGES.

matériel, retirer 20 à 25 pour cent et au moins 10 sur des objets qui ne font que passer entre les mains, pendant que le manufacturier, à l’aide de ses machines, fait mouvoir tout son capital deux ou trois fois par an, le fermier, avec toutes les dépenses et tous les risques causés par les saisons fâcheuses, et sous le poids de charges locales toujours croissantes, ne peut réaliser plus de cinq pour cent de son capital.

B. M.


LES DANSEUSES BEDOJO Â L’ÎLE DE JAVA.

M. Pfyffer de Neueck qui a passé huit ans, de 1819 à 1827, à l’île de Java, au service de la compagnie hollandaise des Indes orientales, raconte ce qui suit au sujet d’une espèce de danseuses appelées Rougin ou Bedojo [1]. Leurs chants sont presque toujours improvisés et adaptés aux circonstances et aux spectateurs. Elles célèbrent la beauté de l’homme, la grâce extérieure de ses traits, l’élégance de son costume, et finissent toujours par vanter sa générosité. Ces filles ont aussi des chants populaires qui contiennent des histoires et des traditions des anciens habitans de l’île. Plusieurs de ces chants sont composés dans le goût des Métamorphoses d’Ovide, et font partie de la mythologie javanaise, les monjes (singes) y jouent un grand rôle. Il y avait entr’autres, disent-elles, un singe géant, qui transportait des montagnes. Une de ces montagnes, dont le sommet avait la forme d’un bateau, est appelée Gunong-

  1. Skizzen von der Insel Java, par Pfyffer de Neueck, in folio Schaffhouse, 1829.