Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/529

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ANNONCES.

Mémoires de l’académie royale des sciences, arts et belles-lettres de Caen ; 1 vol. in-8o de 400 pag. Prix 6 fr., à Paris, chez Lance, rue Croix-des-Petits-Champs, no 50.

Fondée vers la moitié du 17e siècle, cette société lorsqu’elle possédait les célèbres ministres protestans Bochard et Morin, Huet, évêque d’Avranches, Segrais, etc., fut dispersée par la révocation de l’édit de Nantes. Louis xiv lui octroya des lettres patentes, en 1705. Pendant le 18e siècle, elle composa, eut, prononça beaucoup de discours et de mémoires ; mais elle reçut la réserve de ne publier qu’un petit nombre de tant de poésies et dissertations. L’académie de Caen, depuis 1801, a prouvé par quatre volumes de ses mémoires, qu’elle a suivi les sciences et les arts dans leurs progrès, et profité de l’alliance de l’érudition et de la littérature avec la philosophie positive. On remarque dans le nouveau volume un mode de parallélisme, pour traduire en vers les poésies des Hébreux, par M. Vautier ; une dissertation curieuse sur le siége du Mont-Saint-Michel (en 1423-24), par M. Labbey de la Roque ; de l’influence des bains de mer par le docteur Trouvé, et trois mémoires concernant les terrains, la géognosie du Calvados.

Isid. L……n.