Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 3.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rapport de V. Exc. sur cet objet, et S. M., se conformant à la proposition faite par V. Exc. dans ce rapport, a daigné résoudre : 1° qu’on effectue l’établissement de tauromachie dont V. Exc. est nommée juge et protecteur particulier ; 2° que l’école se compose d’un maître aux appointemens de 12,000 réaux, d’un adjudant à ceux de 8,000, et de dix élèves à 2,000 réaux chacun par an ; 3° qu’on loue pour cet objet une maison immédiate à l’abattoir, où habiteront le maître, l’adjudant et quelque élève qui serait orphelin ; 4° qu’on accorde 6,000 réaux par an pour le loyer de la maison, et 20,000 pour les gratifications et autres dépenses imprévues de toute espèce ; 5° que les capitales des provinces et villes où il existe une maîtrise contribuent aux dépenses de l’école en payant 200 réaux pour chaque course de taureaux, et les autres villes en payant 75 réaux pour chaque course de jeunes taureaux, qui leur sera accordée sous la condition que, pour obtenir cette grâce, le paiement sera fait à l’avance, sous peine, par les infracteurs, de payer une amende du double, qui sera pareillement appliquée à l’école ; 6° que les intendans de provinces soient chargés de la perception de ce droit, et s’entendent directement pour cet objet avec V. Exc., comme juge et protecteur de l’établissement ; 7° que la ville de Séville fournisse aux premières dépenses avec les revenus de l’abattoir et le reliquat de la bourse de quiebras [1], sous condition de remboursement. Par odre du roi je le communique à V. Exc., etc.

Madrid, 28 mai 1830.
Signé BALLESTEROS.


BRISTOL. – Pont colossal. – On va mettre à exécution un projet gigantesque à Bristol, la construction d’un pont suspendu sur l’Avon, assez vaste pour que les navires

  1. Espèce de droit municipal.