Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 7.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
132
REVUE DES DEUX MONDES.

d’échouer récemment dans sa candidature à la députation de Mâcon, s’embarque, dit-on, bientôt à Marseille, pour aller visiter l’Orient. En vérité, nous ne pouvons nous empêcher de le féliciter de son échec au collége électoral. M. de Lamartine ne reviendra sans doute de son voyage qu’avec des méditations et des harmonies nouvelles. Qu’eût-il rapporté chez lui de la Chambre ?

P. S. N’osant nous promettre davantage, nous nous bornions hier à demander une amnistie. Il n’en est plus besoin ; d’ailleurs elle arriverait maintenant trop tard. Voici que la Charte entière et le droit nous sont restitués. Indépendante et courageuse au-delà de nos espérances, la Cour de cassation, par son mémorable arrêt du 29, vient de briser et de mettre au néant l’ordonnance du 6 juin, et avec elle les conseils de guerre et leurs jugemens. La Cour de cassation a bien mérité du pays et de la liberté.


Jacques Lerond.