Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 7.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tiquait aux meilleurs jours de la restauration, M. Laurence et beaucoup d’autres magistrats dissidens out été remerciés de leurs services. Ce n’est pas tout au moins ; M. Barthe est infatigable. Il a fait encore une circulaire à ses procureurs-généraux, Il leur est spécialement recommandé, dans ce curieux morceau, de bien tenir la presse en bride, et de ne pas souffrir que cette indocile cavale s’avise de prendre le galop, et de courir par le champ des théories et du mouvement. C’est bien assez en effet qu’on ne la mette pas une fois pour toutes en fourrière, et qu’on lui permette d’aller au pas sur le terrain du juste milieu.

Le National et plusieurs autres feuilles indépendantes ont nouvellement encore été saisis, selon le vœu de cette instruction. Ils ne doivent pas pourtant se le dissimuler. S’ils la veulent rigoureusement exécuter, messieurs les procureurs-généraux ne sont pas au bout de leurs réquisitoires.

Sans ce surcroît d’occupation qu’on leur donne, les parquets ne manquaient cependant pas assurément de besogne. Par suite de la levée de l’état de siège et de l’annulation des jugemens des conseils de guerre, M. Persil avait déjà sur les bras pour le moins douze cents procès criminels tout neufs. Et ce n’est rien encore, car il y avait déjà dans les prisons encombrement de vieux complots. Voici par exemple une conspiration fort arriérée. C’est la conspiration de la rue des Prouvaires. Celle-ci est une de nos plus anciennes. Elle date du carnaval. C’est une conspiration carliste, si vous voulez. On ne lui peut pourtant pas faire de passe-droit. Elle attend depuis assez long-temps. Elle est pressée. On s’occupe donc en ce moment de l’expédier. Mais vous voyez, cela est long. Qu’y faire ? La cour d’assises n’a pas vingt sections, ni le procureur-général vingt substituts. Carlistes ou républicaines, les conjurations attendront, et seront jugées à leur rang. Tant pis pour elles. On leur avait donné les conseils de guerre. Cela marchait vraiment beaucoup plus vite. Il fallait qu’elles s’en contentassent.

Pour ce qui est de l’une des plus importantes, celle dont MM. de Fitz-James, Hyde de Neuville et Chateaubriand étaient les chefs, on a dû renoncer à en faire quelque chose.