Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 4.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


intermédiaire un homme fort connu, homme trop à la mode pour ne pas exiger un pot-de-vin, cette chose si en vogue aujourd’hui. Le mariage conclu, l’obligeant ami qui avait contribué à le faire réussir, attendait son légitime salaire, qui ne pouvait manquer d’être magnifique, vu l’opulence des conjoints, lorsqu’il reçut de la nouvelle épousée six couverts d’argent, et deux boutons d’or du mari. Le désappointement fut grand, les couverts renvoyés avec dédain, et les boutons rendus au donneur avec une pièce de vingt francs dans la boîte. De grandes explications s’ensuivirent. Le pot-de-vin, puisqu’il faut l’appeler par son nom, avait été remis à un proche parent du mari, qui avait trouvé bon de le garder pour lui-même. Il fallut le payer de nouveau. Cette aventure est assez consolante pour la morale publique ; elle prouve que, loin de recevoir des pots-de-vin, les ministres en paient eux-mêmes en certaines circonstances, et même qu’ils les paient deux fois.


INTRODUCTION GÉNÉRALE A l’HISTOIRE DU DROIT, PAR E. LERMINIER, PROFESSEUR AU COLLÈGE DE FRANCE [1].

Le caractère éminent de notre époque est l’agrandissement que toutes les spécialités prennent du côté des spéculations générales et universelles. La science cherche à rompre les barrières qui séparaient ses parties diverses, et qui interceptaient leur vie commune. La métaphysique se glisse partout pour unir les choses et pour les dominer.

La carrière fournie déjà par M. Lerminier est un des témoignages le plus irrécusables et les plus frappans de la tendance encyclopédique que nous venons de signaler. Le jeune professeur a trouvé l’étude du droit réduite à l’exégèse analytique ; il l’a élevée à la discussion des principes. Ses investigations ont ainsi outrepassé la lettre des lois, et la recherche de leur esprit l’a poussé rapidement sur le terrain large et sérieux des réalités sociales. Le droit s’est alors dépouillé pour lui de ses aridités locales, de ses minuties restreintes ; il lui est apparu comme une manifestation perpétuelle de la moralité humaine ; il lui a laissé découvrir ses affinités intimes avec l’histoire, avec la philosophie, avec la religion, avec l’art ; il a pris place, à ses yeux, dans les destinées mobiles et impérissables du monde, entre toutes nos douleurs et tous nos progrès. Pendant que les professeurs de l’école s’obstinent à répéter que le droit est une formule, M. Lerminier nous a enseigné que le droit, c’est la vie.

Cette définition capitale a rattaché les études législatives à la science

  1. Seconde édition. Chamerot, libraire, quai des Augustins, 13.