Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 2.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


auraient été la conséquence inévitable de l’installation des Européens au milieu des Indiens, et, engagé malgré soi dans, les querelles des nationaux, rendu suspect aux indigènes, le gouvernement aurait vu l’efficacité de son action politique sur ceux-ci s’énerver au milieu de ces complications. La faculté de devenir propriétaire a été circonscrite, pour les Anglais, dans des limites fort rapprochées de l’enceinte des villes principales qu’ils occupent. Pour mieux diriger le pays, on a religieusement conservé tous les ressorts de son organisation sociale et politique, et l’on s’est restreint à son exploitation commerciale. Les effets ont prouvé que c’était le moyen d’obtenir la plus grande somme d’avantages possible, que tout le reste n’était que complications et difficultés.

Avant de montrer comment la réduction de nos dépenses, l’abaissement des obstacles que nous rencontrons en Afrique, la réalisation des avantages qui, jusqu’à présent, ont fui devant nous, sont attachés à l’adoption d’un système analogue, qu’il me soit permis d’invoquer en sa faveur l’expérience trop dédaignée de nos anciens établissemens dans ces mêmes contrées.

Tout le monde ne sait pas qu’ils ont précédé, dans la province de Bône, celui des Turcs : leur première origine remonte à 1520. Les concessions françaises ont duré 274 ans, et se sont étendues de Tabarka à Collo, sur un développement de soixante lieues de côtes. L’histoire des vicissitudes qu’elles ont subies, éparse dans les archives de la marine et des affaires étrangères, renferme l’explication de nos mécomptes d’aujourd’hui, et le secret des prospérités dont nos pères furent quelquefois témoins.

Dans ces vicissitudes, deux alternatives sont bien distinctes l’une, toute de combats, de pertes et de désastres pour la France, ne manque pas de se produire quand la haute direction des affaires est dans les mains de grands seigneurs ou de commandans militaires ; l’autre, de paix, d’influence réelle dans le pays, apparaît lorsque c’est le commerce qui traite et qui administre.

A la fin du XVIe siècle, les Barbaresques chassent du bastion de France le comte d’Argencourt ; en 1619, d’horribles cruautés sont exercées, sur les provocations de cet officier, par les Barbaresques envers nos compatriotes, et, en représailles, un Chiaoux et quatre-vingts Algériens sont massacrés à Marseille : en 1624, un