Page:Revue des Deux Mondes - 1841 - tome 25.djvu/140

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DE


LA POLITIQUE DU 1er MARS


ET


DE LA SITUATION ACTUELLE [1]




Quand, il y a deux mois, le ministère du 29 octobre arriva aux affaires, sa prétention était de n’apporter à la politique de ses prédécesseurs aucun changement de quelque importance. Tout ce qu’avait fait le ministère du 1er mars était bien fait ; tout ce qu’il avait dit était bien dit. Ses journaux seuls avaient dépassé la mesure ; mais on pouvait continuer sa politique sans adopter celle de ses journaux. On

  1. En insérant ce travail politique si remarquable par la netteté de l'exposition, mais qui diffère à plusieurs égards des vues qu'on trouvera émises tout à côté, la Revue tient à prouver avec quelles impartialité scrupuleuse elle s'efforce de réunir tous les élémens propres à éclairer et à représenter l'opinion. L'auteur distingué de ce travail, dans sa défense du ministère du 1er mars, a un point de départ tout autre que celui de la Revue ; il accepte et loue la coalition avec une vivacité sincère ; nous persistons à croire, sans vouloir récriminer, qu'au contraire bien des déviations viennent de là. La Revue a appuyé le ministère du 1er mars, mais elle l'a appuyé à droite ; il eût été à souhaiter que tous les conservateurs fissent comme elle. L'auteur de l'article conclut par un appel à la transaction ; ce serait là un résultat de nécessité et de modération pour lequel nous n'avons pas assez de vœux.