Page:Revue des Deux Mondes - 1841 - tome 27.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’il va contracter, pour que son règne soit long et prospère. – Kéni Tédahan, ayant entendu les paroles de sa maîtresse, fut accablée de douleur, et, comme elle tenait la tête courbée sur ses genoux, — ses larmes, en ruisselant, mouillèrent les vêtemens de Kéni Tambouhan. Depuis votre enfance, dit-elle, j’ai pris soin de vous, tandis que nous habitions encore à Tandjong Poura ; — jamais aucun nuage ne vint troubler notre amitié, et nous avons été compagnes dans l’infortune. Mon désir est depuis long-temps que nous soyons unies au moment de la mort. – La réflexion ne fait qu’accroître ma douleur, et mon cœur se brise au dedans de moi. Frappe-moi la première, ô mon père ! que je ne sois pas témoin du sort de ma maîtresse ! – La princesse dit alors avec dignité : Exécutez les ordres de votre reine. – Ces paroles touchèrent le cœur du bostandji, que ses propres sentimens auraient empêché d’agir. – Il tira son kris (poignard) et le remit encore dans le fourreau ; mais enfin il lui plongea la lame longue et acérée dans le sein, de manière que l’arme sortait par derrière. – Kéni Tambouhan, en recevant le coup fatal, tomba sans mouvement à terre [1].


Dans cette revue de la littérature malaye, je n’aurai garde d’oublier les codes de lois, restes vénérables de toutes les civilisations qui se sont succédées dans l’archipel d’Asie, et, de tous les monumens que cette littérature a produits, ceux qui sont peut-être le plus véritablement historiques. Conservées pendant une longue suite de siècles par la tradition dans la mémoire des vieillards et des chefs de tribus, les lois malayes furent rédigées pour la première fois par écrit vers la fin du XIIIe siècle ; le plus simple examen suffit pour prouver qu’elles appartiennent à divers époques et à différens degrés de développement social. Les unes, comme celles qui sont relatives à la pêche et à la chasse, décèlent les habitudes de l’homme encore voisin de l’état de nature, tandis que les autres, en nous montrant le droit de propriété parfaitement défini et exercé dans de très larges limites, en nous faisant connaître une législation pénale très complexe, un droit maritime qui suppose des relations commerciales très étendues, portent avec elles la preuve qu’elles durent naître au sein d’une société régulièrement organisée.

Le conte, ce délassement favori des Orientaux, qui occupe dans les habitudes de leur vie la même place que les représentations scéniques dans celles des peuples européens, le conte est en vogue chez les Malays et forme une des branches de leur littérature. Leurs improvisateurs pourraient lutter, suivant le témoignage de M. Newboldt, pour le charme et la fécondité des récits, avec les conteurs si fameux

  1. Poème de Kéni Tambouhan, manus. 7, coll. Raffles.