Page:Revue des Deux Mondes - 1841 - tome 27.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mande un détroit resserré qui forme le passage principal des vaisseaux se rendant dans les mers de la Chine.

Un traité conclu en 1825, entre la Hollande et la Grande-Bretagne, a partagé entre ces deux puissances la domination de l’archipel d’Asie et de la péninsule voisine. La première occupe la partie la plus riche en productions naturelles, Sumatra, Java, les Moluques ; la seconde a acquis, par la possession de la presqu’île malaye et des îles adjacentes, la position commerciale la plus favorable qu’il y ait peut-être au monde pour l’établissement d’un système général d’échanges entre l’Asie orientale, l’Inde et les pays d’Occident. Les nouvelles récentes de la Chine viennent de nous apprendre que cette position s’étend maintenant jusqu’à l’île de Kong-Tong, dans l’archipel de Macao, et menace le céleste empire.

En devenant le centre de ces relations nouvelles entre l’Orient et l’Occident, les colonies anglaises du Prince de Galles et de Singapore ont pris en quelques années un développement dont on se ferait difficilement une idée.

La première, qui à la fin du siècle dernier n’était qu’une île misérable habitée par de pauvres pêcheurs malays, vivant dans des huttes, renferme aujourd’hui une population de quarante-cinq mille ames [1], et la jolie ville de George Town, dotée de tous les établissemens d’utilité publiques qui recommandent nos cités d’Europe. La culture du muscadier et du giroflier, autrefois circonscrite dans les Moluques, y a été introduite avec un plein succès, et donne avec la culture du poivrier un revenu annuel d’un million. Comme port militaire et marchand, George Town a une haute importance ; c’est le point de relâche des vaisseaux qui vont du Bengale à la Chine, et le centre d’un commerce de transit qui s’accroît chaque jour. Depuis 1830 jusqu’en 1836, le chiffre en a quadruplé. Il s’élevait, en 1835, pour les importations, à 37,841,458 francs, et pour les exportations à 33,699,190 francs.

La seconde des deux colonies anglaises, Singapore, fondée il y a à peine vingt-cinq ans par l’auteur de l’histoire de Java, sir Stamford Raffles, qui ne fut pas seulement un savant orientaliste, mais aussi un grand administrateur, Singapore est parvenue à un haut degré de prospérité avec une rapidité sans exemple dans l’histoire des établissemens coloniaux. En 1819, ce n’était qu’une terre sauvage où

  1. La province de Wellesley, située le long de la côte occidentale de la péninsule de Malaca, dépend de l’île du Prince de Galles, et a une population d’environ 40,000 ames, ce qui porte à 85,000 le nombre total des habitans de cette colonie.