Page:Revue des Deux Mondes - 1841 - tome 27.djvu/581

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que le plateau central et même tout le territoire situé à l’ouest du fleuve Halys a été peuplé par les tribus venues d’Europe, tandis que le nom de Leuco-Syrie, donné par les Grecs aux provinces de Cappadoce et de Pont, indique suffisamment que ces contrées furent envahies par une migration des peuples araméens.

Quand on examine le système géographique et géologique de la presqu’île asiatique, on comprend comment les populations ont dû s’étendre dans les contrées environnantes, avant de former des établissemens en Asie mineure ; car, à une époque relativement récente, à une époque assez rapprochée des temps historiques, le travail des atterrissemens formés par les fleuves nombreux qui sillonnent les vallées, et les phénomènes volcaniques puissans et terribles, rendirent cette contrée presque inhabitable. Nous voyons encore, pendant une longue suite de siècles, les villes de l’Asie mineure exposées aux ravages des tremblemens de terre, et les habitans lutter de patience et de courage contre une nature rebelle qui leur offre, en échange de dangers constans, un sol admirable de fécondité, une terre vierge qui paie avec usure les travaux des premiers colons. Nous ne devons donc pas nous étonner si, malgré son voisinage de l’Orient et sa proximité du grand foyer de population qui s’est épanché sur les contrées occidentales, l’Asie mineure est presque déserte et seulement parcourue par quelques peuplades errantes à une époque où la Thrace et les rives septentrionales du Pont-Euxin ont déjà une population surabondante.

C’est long-temps après que les Traces eurent formé un état constitué, que les Bryges vinrent, sous la conduite d’un chef du nom de Midas, s’établir dans les provinces centrales de l’Asie mineure. Quoique l’époque de cette migration ne soit pas rigoureusement déterminée, on a des raisons suffisantes de croire qu’elle s’effectua avant la guerre de Troie, car Homère nous apprend que Priam joignit à ses troupes des Phrygiens qui habitaient les bords du Sangarius. Le royaume de Phrygie était même déjà constitué avant cette guerre ; en effet, Ilus, le fondateur d’Ilion, déclare la guerre à Tantale qui régnait dans le mont Sipylus, et les fils de Tantale, les Pélopides, sont chassés d’Asie et obligés d’aller demander un asile aux Héllènes dans la contrée qui prit depuis le nom de Péloponnèse. En dépouillant cette époque les circonstances fabuleuses qui en rendent l’intelligence assez obscure, en examinant les monumens qui subsistent encore et dont l’identité nous est attestée par Strabon, Pline et Pausanias, il est clair pour nous que les ancêtres d’Agamemnon régnaient