Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 31.djvu/525

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LA


TROISIÈME RELIGION


DE LA CHINE.

LAO-TSEU.

Autrefois l’Orient était loin de nous, le voyage de Constantinople était un voyage considérable, l’Inde apparaissait comme une terre presque inconnue dont on ne savait guère autre chose, sinon qu’elle produisait les bayadères et les cachemires. La Chine se montrait aux extrémités du monde comme un pays ridicule et invraisemblable, bon à nous envoyer du thé, de la porcelaine et des magots. Qui avait ouï parler de l’Afghanistan ? Qui connaissait Caboul autrement que par les Mille et une Nuits ? Aujourd’hui, grace aux deux puissances de notre époque, la politique et la vapeur, tout a bien changé. On va de Paris à Constantinople en quinze jours, et dans l’Inde en trente. La question d’Orient est devenue la grande question de l’Occident.