Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 31.djvu/628

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



JOB ET JO-UENN.




à mon ami Adolphe dittmer.




I

 
Ô douce voix de la faiblesse,
Comme au cœur le plus dur vous entrez sans effort !
Honte à qui vous entend et lâchement s’endort !
Pour l’enfance pitié ! pitié pour la vieillesse !
Le fort cache souvent l’épine qui le blesse ;
Hélas ! pitié pour le plus fort !

— « Vous étiez sans pain, sans asile,
« Quand sur la rue on vous a pris ;
« À toutes les lois indocile,
« Que faisiez-vous seul à Paris ?

— « Hélas ! je cherchais de l’ouvrage !
« Pars, Job, m’avait dit un ancien ;