Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 31.djvu/629

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Avec des bras et du courage

« On ne manque jamais de rien.

« Mais la misère est la plus forte.
« Que ne suis-je en notre maison !…
— « Vous mendiez de porte en porte,
« Et vous méritez la prison. »

Ah ! juge, voyez cet œil cave
Et ce front de pâleur couvert
Si jeune avec un teint si have !
L’innocent, comme il a souffert !

Quoi ! la pauvreté, c’est un crime !
Loi sans cœur, fille de l’argent !
Ce qu’il faut plaindre, on le réprime ;
Le malfaiteur vaut l’indigent.

Ce corps épuisé par le jeûne
Vous a laissé voir tous ses maux,
Sondez aussi cette âme jeune,
Prête à s’ouvrir dans les sanglots.

O discours vrais et pleins de charmes !
Croyance, bonne foi, candeur
Qui des yeux fait jaillir les larmes,
Germer la pitié dans le cœur !

— « Parlez, Job ! Par un soir d’automne
« Quand vous erriez sur le pavé,
« En secret demandant l’aumône,
« Sous vos habits qu’a-t-on trouvé ?

— « De l’Ouvrier dans la misère
« C’était le Guide et le Devoir ;
« Monsieur, c’était une prière

« Que je lisais matin et soir. »