Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 31.djvu/650

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
646
REVUE DES DEUX MONDES.

les sciences ; l’agriculture, l’industrie, s’est bien gardé d’y faire participer les populations indiennes. Pour mériter le titre de Romains d’aujourd’hui, que les Anglais se donnent, ont-ils fait au moins quelques-uns de ces travaux utiles et gigantesques que les Romains ont partout laissés sur leur passage ? C’est encore négativement qu’il faut répondre. Qu’ils se hâtent cependant, qu’ils donnent à l’Inde les germes de civilisation et de prospérité matérielle qu’elle a droit d’attendre de ses conquérans européens. S’ils y manquaient, la seule trace de leur séjour dans l’Inde pourrait bien n’être marquée que par des monnaies à l’effigie de la couronne d’Angleterre, et la numismatique devrait les classer à côté de celles des rois barbares, qui, à diverses époques, ont subjugué ces contrées paisibles, jadis si florissantes.


****