Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/611

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
607
LE CONNÉTABLE DU GUESCLIN.

Églises violées et les religions.
Nous avons fait trop pis que ne font les larrons.
Pour Dieu avisons-nous, sur les païens alons ;
Je nous ferai tous riches si mon, conseil créons,
Et arons paradis aussi quand nous morrons.

Quel moyen de résister à de tels argumens développés par un tel homme ? Des cris de joie se firent entendre de toutes parts ; le nom du roi fut répété avec enthousiasme par toutes ces bouches avinées, et rendez-vous fut pris pour aller souper avec lui dans son propre palais. En ce jour mémorable, Du Guesclin conquit, à beaux deniers comptans, sa première armée à la royauté mise hors de page, et quarante mille soldats, soumis à sa seule influence, devinrent au dehors les instrumens dévoués de sa politique. Charles V avait su trouver enfin un but à l’activité de ces bandes redoutables et paralyser ainsi leur incessante hostilité. Tel est le problème à résoudre à la fin de toutes les grandes crises sociales à ce prix seulement se terminent les révolutions. Lorsqu’un pouvoir intelligent voit en face de lui des forces vives, il doit bien moins aspirer à les détruire qu’à se lés assimiler. La France n’a plus à redouter les grandes compagnies, et l’admirable licenciement de la Loire a montré au monde, dans les circonstances les plus critiques où une nation pût se trouver placée, quelles profondes racines l’ordre matériel avait jetées au sein de la société nouvelle. Les routiers ne rançonnent plus les villes, ils ont cessé de menacer l’honneur des nobles dames, et les condottieri contemporains vendent leur encre au lien de vendre leur sang. Il n’est pas cependant moins nécessaire d’assigner un grand but à ces imaginations et à ces espérances violemment excitées, et si Charles V sut deviner à propos l’expédition de Castille et Bertrand Du Guesclin, ne peut-on pas croire qu’un gouvernement qui comprendrait sa situation dans ses périls et dans ses ressources trouverait aussi une tâche féconde à entreprendre, et des hommes pour le seconder ?

Le roi, tout entier au désir de délivrer la France des compagnies, à quelque prix que ce fût, avait paru d’abord accueillir avec chaleur l’idée d’une croisade ; mais les évènemens qui se passaient alors en Espagne vinrent donner un autre cours à ses projets, et il eut l’habileté d’associer ceux-ci à l’inspiration religieuse, à laquelle Du Guesclin avait d’abord fait un appel énergique. Le roi de Castille, Pierre-le-Cruel, assassin de son épouse, Blanche de Bourbon, était depuis ce crime en état d’hostilité contre la France. Le roi Jean avait depuis long-temps recueilli à sa cour Henri de Transtamarre, frère et rival