Page:Revue des Deux Mondes - 1843 - tome 2.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


perdre de vue quand on s’occupe de l’Amérique. On conçoit que sur un courant d’eau de cette importance, véritable mer intérieure qui présente tous les dangers de la haute mer, aggravés là par le voisinage relatif de la terre et la diminution progressive de la profondeur,. il y avait place pour tout le commerce du monde à la fois. Montevideo ne domine donc pas suffisamment l’entrée ou la sortie du fleuve. Aucun bâtimentde guerre ou de commerce n’est obligé d’y toucher pour se rendre à Buenos-Ayres, et les relations de l’une par la voie de mer peuvent être entièrement indépendantes de celles de l’autre ; mais, dans la pratique, elles ne sont pas, et si au lieu d’appartenir à des républiques différente constituées comme exprès pour une rivalité déplorable, Montevideo et Buenos-Ayres appartenaient à un méme état régulièrement organise, ces deux villes auraient bientôt des fonctions distinctes dans le grand corps dont elles seraient des membres si considérables, c’est-à-dire que Buenos-Ayres et Montevideo se développeraient et s’enrichiraient en même temps, sans se porter ombrage, chacune suivant les lois et les avantages de sa position, Buenos-Aryes par une production immense des fruits du pas et par la distribution des produits étrangers sur les marchés intérieur q’elle doit approvisionner, Montévideo par le commerce maritime, dont il deviendrait presque exclusivement l’entrepôt. Dans l’état actuel de choses, le port de Montevideo, plus commode et plus sûr que celui Buenos-Ayres, voit s’accroître de jour en jour son mouvement de navigation, et n’a rien perdu a la levée du blocus de Buenos-Ayres par la France. Il aurait cependant besoin d’être curé et approfondi, ce à quoi le gouvernement ne songe guère et ne peut pas songer, ayant sur les bras une guerre à la fois étrangère et civile absorbe tous les revenus de l’état ; moins il est vrai par ce qu’elle coûte à soutenir que parce qu’elle sert de prétexte à d’incroyables dilapidations.

Un dictionnaire de géographie fort accrédité, et publié l’année dernière, ne donne à la ville de Monte-video qu’une population de onze mille ames au plus, en ajoutant que cette population était autrefois de vingt-six mille. C’est une erreur bien singulière, et tout le contraire de la vérité. Effectivement Montevideo n’avait peut-être que onze mille ames au plus vers 1820, mais il en a aujourd’hui trente-cinq mille au moins. Prenons terre sur un assez mauvais débarcadère en bois, que l’on traite d’abord fort lestement, et après lequel on soupire ensuite quand on arrive à Buenos-Ayres ; à cette foule de négocians qui se promènent en attendant leurs marchandises