Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 5.djvu/1047

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chaîne élevée qui la défend des vents du nord et de l’est y donne naissance à plusieurs rivières ou ruisseaux qui, descendant rapidement des sommets et multipliant la force du courant par la pente, font mouvoir un grand nombre d’usines. L’Irwell, à lui seul, a neuf cents pieds de chute, dont huit cents sont utilisés ; M. Baines compte 300 filatures ou teintureries établies sur ce cours d’eau. Un banc de houille inépuisable et à fleur de terre règne dans toute l’étendue des districts de Safford et de Blackburn ; le fer se rencontre en abondance dans les comtés limitrophes d’York et de Stafford, ainsi que dans le pays de Galles ; enfin Manchester est à une journée de Londres et à une heure de Liverpool.

Joignez à cela une race d’hommes incomparable, rude, mais non grossière, réfléchie et patiente, inventive, entreprenante et infatigable, s’appropriant ce qu’elle n’a pas trouvé, tournée vers le côté pratique des choses, telle qu’il la fallait en un mot pour forger les armes de l’industrie. Cette population féconde a tiré de son sein avec une égale supériorité les ouvriers, les ingénieurs, les manufacturiers et les commerçans. L’enfantement a été prompt et complet. En moins d’un siècle, le système des manufactures, système colossal sinon harmonieux dans ses proportions, s’est trouvé construit de toutes pièces. Les états de l’Europe qui l’ont transplanté sur leur territoire ne doivent pas oublier que le comté de Lancastre en fut le berceau.

En 1738, un ouvrier de Bury, John Kay, invente la navette volante. En 1764, un tisserand de Blackburn, Hargreaves, imagine la jenny. En 1779, un autre tisserand, qui habitait un hameau près de Bolton, Samuel Crompton, compose la mule, métier plus parfait et qui a remplacé la jenny. La mule-jenny, se mouvant sans le secours de l’ouvrier (seIf-acting), inventée par l’associé d’Arkwright, M. Strutt, en 1790, est perfectionnée en 1825 par un mécanicien de Manchester, M. Roberts. Le principe du tissage mécanique, découvert en 1785 par le docteur Cartwright, est amené à l’état pratique en 1803 par M. Horrocks, fabricant de Stockport. Deux habitans de la même ville, le manufacturier Radcliffe et l’ouvrier Johnson, parviennent, après deux années des expériences les plus laborieuses, à construire la machine à parer, qui a rendu possible et général l’emploi, du tissage à la vapeur.