Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/1063

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


manufactures travaillaient 70 à 80 heures par semaine ; depuis cet acte, le plus grand nombre des ateliers ne marchent plus que 69 heures, c’est-à-dire 9 heures le samedi, et 12 heures chacun des autres jours. Cette réduction moyenne de 5 à 6 heures de travail par semaine a-t-elle fait fermer les filatures et ruiné les manufacturiers ? On aurait mauvaise grâce à le prétendre ; car, postérieurement à l’acte de 1833, le comté de Lancastre s’est couvert de constructions nouvelles, et les années 1835, 1836 et 1837 ont été, pour les fabriques de l’Angleterre, l’ère de la plus grande prospérité. Je puis donc légitimement conclure de ce précédent qu’une nouvelle limitation, soit directe, soit indirecte, ne produirait pas tous les désastres que l’on prévoit. Chacun sait que les ouvriers ne font, vers la fin de la journée, que des efforts languissans, et que le sentiment de la fatigue l’emporte alors sur les suggestions de l’intérêt personnel. En retranchant deux heures de la journée, on ne retrancherait donc pas une somme proportionnelle de travail, et ce résultat, démontré par de nombreuses expériences, suffit pour invalider les hypothèses purement théoriques de M. Senior.

Toutes les fois que les manufacturiers sont gênés dans l’emploi des ouvriers, ils les remplacent par des machines. C’est ainsi que les coalitions et les exigences incessantes des ouvriers fileurs ont amené les filateurs à doubler la longueur des mule-jennys, à les porter de 300 broches à 700, ou à se servir de ces machines à filer qui semblent se mouvoir elles-mêmes (self acting), et que les ouvriers désignent par le sobriquet de fileur en fer (cast iron spinner). Si la loi réduisait la journée, dans les manufactures, à dix heures effectives, il est donc probable que les fabricans feraient face à cette difficulté par une augmentation dans leurs moyens mécaniques. La production resterait la même, mais le rapport du capital fixe au capital roulant changerait notablement ; le fabricant dépenserait moins en salaire et davantage en matériel.

Ceci soit dit pour dégager la question des exagérations qui l’obscurcissent. Au total, la réduction des heures de travail ne peut manquer d’amener une diminution quelconque dans les profits du capitaliste, dans le salaire de l’ouvrier, et dans l’importance de la production ; et quand cette diminution ne serait pas de nature à interrompre la prospérité ou à aggraver la détresse de l’industrie, le législateur n’aurait pas le droit de l’infliger aux classes qu’elle concerne. Fixer un maximum pour la durée du travail, c’est établir sous une autre forme un maximum aux salaires, c’est aussi, quoique moins directement, régler le prix des objets fabriqués. Cependant, si le