Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 8.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE


NAUFRAGE DE SEPULVEDA


POEME DE CORTE REAL [1]




On n’a jamais plus disserté en France sur la théorie du drame et de l’épopée qu’à l’époque ou l’on était le plus insoucieux des monumens poétiques. Nous suivons aujourd’hui, grace à Dieu, une route toute contraire nous étudions avec une curiosité soutenue les productions poétiques de toutes les contrées et de tous les temps. C’est à ce mode judicieux d’investigations patientes que sont dus en partie les progrès que la critique a faits depuis vingt ans parmi nous. On peut dire même que cette marche a produit, de nos Jours, une science en quelque sorte nouvelle, une science à la formation de laquelle ont plus ou moins concouru tous les bons esprits de notre age, je veux dire la littérature comparée. Le pouvoir lui-même s’est associé depuis quelques années à ce mouvement général. Des chaires au Collège de France, à la Sorbonne, et dans les principaux centres universitaires ont été ouvertes à l’enseignement des littératures étrangères et fondées comme une récompense ou comme un attrait. Ce n’est pas tout, aux travaux de la critique s’est associée la plume active des traducteurs ;

  1. Traduit du portugais, par M Ortaire Fournier - Paris, 1844, 1 vol in-8°.