Page:Revue des Deux Mondes - 1847 - tome 18.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui est le pays où l’or abonde le plus, le rapport de la valeur des deux métaux est de 8 ou 9 à 1. En Chine, il est plus élevé ; au commencement du siècle, il était fort inférieur à ce qu’il est en Europe, de 12 ou 13 ; on dit qu’actuellement il est venu à peu près au même point que chez nous.

On doit être frappé de ce que la production en or, depuis la fin du siècle dernier, est devenue dans le Nouveau-Monde. 14 à 15,000 kilog, représentent environ les trois quarts d’un mètre cube, ou bien une sphère dont le rayon serait d’environ 56 centimètres. Cette diminution est principalement du fait du Brésil. La production du Nouveau-Monde en or n’est plus supérieure que de peu à celle de cet empire tout seul il, y a quatre-vingt-dix ans. Pendant le premier quart et probablement la première moitié du XVIe siècle, l’or dominait, je ne dis pas en poids, mais en valeur. Les conquérans firent leur butin de beaucoup d’or que les naturels avaient recueilli à la surface du sol, où il existait à l’état natif, et dont on avait orné les temples des dieux et les palais des princes, et ce qu’ils en rapportèrent en Europe y causa un éblouissement universel. A partir de 1645 jusqu’au commencement du XVIIe siècle, l’argent prit le dessus à un degré remarquable. C’était le beau temps des mines du Potosi, et ainsi le poids de l’argent produit dépassa celui de l’or dans la proportion de 60 à 1 ; puis, sans que les arrivages de l’argent diminuassent, vinrent les beaux jours des mines d’or du Brésil. A la même époque, il sortait des trésors des gîtes aurifères du Choco, d’Antioquia, de Popayan. Le monde commercial reçut de l’Amérique 1 kilogramme d’or pour 30 kilogr. d’argent. On passa ainsi le milieu du XVIIIe siècle. Alors les mines d’argent du Mexique se mirent à étaler leur magnificence, et le rapport fut d’environ 40 à 1. Cependant le Brésil vint à baisser pendant que les mines d’argent du Mexique élevaient leur production, et ainsi, au commencement du siècle, l’argent excédait cinquante-sept fois la quantité d’or annuellement extraite. Actuellement l’argent prédomine moins nous sommes même revenus presque au rapport de 40 à 1 ; mais c’est l’effet d’une diminution, qu’il faut croire passagère, dans l’extraction de l’argent. Les chances sont pour l’argent plus que pour l’or désormais, quoiqu’il faille s’attendre à voir la Nouvelle-Grenade augmenter son rendement en or.

C’est ainsi que, depuis la découverte de l’Amérique, l’or a enchéri relativement à l’argent. L’enchérissement eût été plus marqué, si l’Amérique avait été seule à produire des métaux précieux, puisque les autres pays producteurs ont rendu une moindre proportion d’argent. Si la masse de l’argent produit par l’Amérique a décru depuis le commencement du siècle, le décroissement n’a pas été général ni égal partout. Ce sont surtout le Mexique et la Bolivie qui ont perdu, et, pour ce qui est du Mexique, on peut mettre une partie de la réduction