Page:Revue des Deux Mondes - 1852 - tome 14.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POETES CONTEMPORAINS


DE L'ALLEMAGNE.




HENRI HEINE, SA VIE ET SES OEUVRES.
Romancero, von Heinrich Heine ; 1 vol. Hambourg, 1852.




Quand on étudie attentivement l’Allemagne depuis Goethe et Hegel, il est impossible de ne pas être frappé de l’agitation fébrile que manifeste sur tant de points sa vie intellectuelle et morale. Goethe et Hegel représentaient avec une sorte de puissance majestueuse, celui-ci dans le domaine de l’art, celui-là dans l’ordre de la pensée pure, le travail de l’esprit germanique pendant plus d’un demi-siècle. Suscité par un homme tel que Lessing, conduit par les intelligences les plus hardies dans une époque de scepticisme et d’innovations, ce travail ne s’était pas accompli sans porter atteinte à bien des croyances, sans détruire bien des habitudes qui étaient naguère le charme et l’honneur de ce pays. La sérénité impassible de Goethe, la tranquillité presque familière de Hegel dissimulaient du moins ces altérations du génie national, et la conscience publique, encouragée par le calme des maîtres, semblait décidée aussi à écarter toute pensée d’alarme. Eux morts, tout changea bientôt. La génération qu’ils avaient élevée protesta soudain avec impatience contre cette froide et circonspecte gravité ; les voiles tombèrent, les illusions s’évanouirent, et il fallut bien comprendre qu’une Allemagne nouvelle était née.

Que devait être cette nouvelle Allemagne ? Elle-même ne le savait