Page:Revue des Deux Mondes - 1857 - tome 8.djvu/725

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’HISTOIRE ROMAINE
A ROME



VII.
ANTONIN LE PIEUX, MARC-AURELE, LUCIUS VERUS ET COMMODE.


Ce que c’est que le siècle des Antonins. — Antonin le Pieux, sa colonne. — Faustine l’Ancienne, temple d’Antonin et Faustine. — Les portraits d’Antonin conformes à son caractère. — Il en est de même peur Marc-Aurèle. — Sa statue équestre. — Son livre de morale est son vrai portrait. Colonne de Marc-Aurèle. — Marc-Aurèle guerrier, la légion fulminante. — Arc de Marc-Aurèle et bas-reliefs, la sculpture romaine. — Apothéose de Faustine la Jeune. — Illusions de Marc-Aurèle. — Lucius Verus, ses habitudes et ses portraits. — Commode, son caractère exprimé par ses statues, surtout par les accessoires. — Commode gladiateur, les sénateurs dans l’amphithéâtre. — Commode au Cirque, émeute. — La villa des Quintilii, histoire de ces deux frères. — Conspiration contre Commode. — Buste de Lucide. — Mort de Commode, lien de sa sépulture. — Imprécations du sénat. — Réflexions.





On a célébré comme l’époque la plus heureuse pour l’humanité le siècle des Antonins ; ce siècle n’a duré que quarante-deux ans, et ne comprend que deux règnes. Il n’y a d’autres Antonins pour l’histoire qu’Antonin le Pieux, Marc-Aurèle, son gendre, qui s’appelait aussi Antonin, et Commode, fils de Marc-Aurèle. On ne compte pas, j’espère, dans la période qu’on a nommée l’âge d’or du genre humain, le règne de cet Antonin-la. Nous avons vu ce qu’était Adrien, et s’il mérita d’être comparé à ses deux vertueux successeurs. Quant à son prédécesseur Trajan, séparé d’eux par un règne de vingt et un ans, il n’était pas plus un Antonin que Charles II n’était un prince d’Orange. Il y a donc inexactitude matérielle à placer Trajan parmi les Antonins, et, ce qui est plus grave, injustice morale