Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 20.djvu/741

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ciété européenne. Ce sont les congrès qui fixent ou amendent ce code, aussi nécessaire à la société des états que les lois politiques et civiles le sont, au sein de chaque état, à la société des personnes. Sans doute, dans l’Europe moderne, on ne reconnaît point aux congrès le caractère d’une haute cour amphictyonique devant laquelle devraient s’incliner toutes les souverainetés particulières, et dont les jugemens seraient obligatoires pour toutes les puissances. L’on avait tenté, au congrès de Vienne, de créer un système qui mît l’Europe sous un tribunal arbitral de cette sorte ; mais la tentative n’aboutit point, et nous croyons qu’il faut s’en applaudir, car le principe de l’indépendance des états, avec les diversités de race, de religion et de langues qui régnent sur notre continent, est bien préférable, pour les progrès de la civilisation, à une fédération arbitraire, factice, et qui serait inévitablement oppressive. Cependant, si les congrès n’ont point l’autorité de ces conseils amphictyoniques qui lient absolument et d’avance à leurs résolutions ceux qui y participent, il faut reconnaître que l’opinion tend de plus en plus à les en rapprocher. Par une sorte de convention tacite, qui n’est point légalement obligatoire à la vérité, mais qui a une grande valeur morale, il semble admis qu’en entrant dans un congrès on confie à ses décisions pacifiques la solution des questions que l’on y apporte. L’on comprend aisément qu’il en soit ainsi lorsque l’on considère comment les congrès se composent et ce qu’ils représentent. Ils se composent ou des souverains eux-mêmes, ou de leurs plénipotentiaires spéciaux, et lorsque les cinq grandes puissances s’y réunissent, il est évident qu’ils sont la représentation la plus complète et la plus élevée des intérêts, des forces et de l’opinion de l’Europe. Ce serait donc une extrême imprudence de la part d’un gouvernement de provoquer ou d’accepter la réunion d’un congrès sans être décidé à se ranger pacifiquement à l’opinion qui y sera prédominante. Cela est évident, surtout si l’objet même du congrès était, non de faire une paix, mais de prévenir une guerre. Une puissance qui y entrerait avec le parti-pris de recourir à la guerre, dans le cas où elle ne pourrait faire prévaloir ses idées au sein du congrès, commettrait une incompréhensible maladresse. Elle s’exposerait en effet à sortir du congrès isolée, par conséquent affaiblie moralement et matériellement, et par la manifestation contraire des opinions de la majorité, et par les alliances qui pendant les négociations pourraient se former contre elle. Pour une telle puissance et dans cette hypothèse mieux vaudrait mille fois la guerre avant le congrès que la guerre après. Il faut donc, au point de vue le plus général, regarder les congrès comme des combinaisons politiques de la plus sérieuse importance, et l’on ne saurait prêter à aucun gouvernement sensé la pensée absurde et désastreuse de chercher une ruse de guerre dans cette machine de paix.

Pour la paix, nous trouvons encore un avantage particulier à la réunion d’un congrès dans les circonstances actuelles. Nous nous sommes souvent plaints, nous nous plaignons encore de l’ignorance où est resté le public en France touchant la vraie nature du péril que court la paix. Que la guerre ait été projetée quelque part en Europe, tout le monde le sait depuis trois mois, et, pour parler comme lord Clarendon, il y aurait une affectation puérile à feindre le doute à cet égard ; mais, pour être acceptée par la con-