Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 23.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fer. Quand la marée est basse, la force des eaux boueuses mues par le courant dans l’intérieur de l’égout pousse cette grille, et permet aux immondices de se décharger dans le lit de la Tamise. Si au contraire la marée s’élève, la pression exercée par la masse des eaux fluviales, accrues de moment en moment, ferme étroitement la porte inexorable. Malgré ce mécanisme ingénieux, malgré des défenses écrites et des peines sévères [1], quelques hommes, entraînés par l’appât du gain, trouvent encore moyen de s’introduire dans ces mornes égouts de Londres. Il existe généralement un lien entre l’industrie des mud-larks et celle des sewers-hunters ou shore-men ; ce lien est la communauté des travaux dans la boue. Aussi, avec l’âge, les alouettes du fleuve deviennent-elles volontiers les chauves-souris des cryptes immondes et ténébreuses.

La rumeur publique a propagé, dans ces derniers temps, des récits très effrayans sur les dangers qui environnent le voyageur au milieu de ces régions de la nuit, de la solitude et de l’épouvante ; Il y a environ une quinzaine d’années, un vieillard, qui, à l’insu de tout le monde, avait coutume de visiter les égouts de Londres, disparut tout à coup de la société. Le petit nombre de personnes qui l’avaient connu, mais surtout sa femme et ses enfans, firent d’inquiètes recherches dans chaque police office sans recueillir aucune nouvelle. Des mois s’écoulèrent, et son nom était presque effacé de la mémoire des hommes, quand un jeune chasseur d’égout, passant sous terre avec une torche, tressaillit en apercevant debout dans l’obscurité la figure d’un homme. C’était dans l’angle que formait la jonction d’un ruisseau avec le courant principal du Fleet, à environ un mille de l’endroit où cette rivière souterraine se décharge dans la Tamise. Le jeune aventurier cria, appela ; mais il n’entendit pour toute réponse que le bruit de l’eau épaisse et fétide qui roulait, et reçut les éclaboussures d’une troupe de rats effrayés, qui se plongèrent aussitôt dans la rivière noire. Il s’avança bravement, présenta la lumière de la torche à la figure silencieuse, et reconnut qu’il était en face d’un squelette. Saisi de terreur, il perdit connaissance, trébucha contre l’objet sinistre, et tomba. La lumière s’éteignit. La situation de l’homme vivant était épouvantable ; mais sa force d’âme se ranima au lieu de s’abattre au milieu de la froide horreur des ténèbres. Il connaissait son chemin par le nombre des grilles de fer qui interrompaient de distance en distance au-dessus de sa tête l’écrasante monotonie de la voûte, et qui laissaient filtrer un peu de jour. Il marcha donc à tâtons le long des passages muets et souterrains, criant de toutes ses forces pour se donner du courage et pour tenir les rats à une distance

  1. Une amende de 5 livres sterling.