Page:Revue des Deux Mondes - 1860 - tome 28.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRES INTIMES
ET ENTRETIENS FAMILIERS
DE M. A. DE HUMBOLDT

Briefe von Alexander von Humboldt an Varnhagen von Ense aus den Jahren 1827 bis 1858 ; nebst Auszügen ans Varnhagen’s Tagebüchern und Briefen von Varnhagen und Anderen an Humboldt, 1 vol. ; Leipzig 1860.


Entre les vertus, grandes ou petites, qui recommandent la littérature de nos jours, il est impossible de placer la discrétion au premier rang. Alceste, il y a deux cents ans, parlant de la banalité des feuilles publiques, disait que son valet de chambre était mis dans la gazette ; aujourd’hui ce valet écrirait la gazette lui-même et raconterait à sa manière ce qu’il a vu ou entendu chez Alceste. Y eut-il jamais pareille manie de commérages ? a-t-on jamais abusé ainsi des noms propres, ramassé autant de vilenies, colporté autant de propos scandaleux ou ineptes ? Quand on écrira notre histoire intellectuelle et morale, ce genre nouveau, j’en ai bien peur, devra tenir une place considérable dans les appréciations de l’historien. Si le XVIIe siècle a eu ses Tallemant des Réaux, si l’on voit pulluler au XVIIIe les révélations de salon ou d’antichambre, ces murmures vont se perdre dans le retentissement d’une littérature que passionnaient les grands intérêts de l’humanité. Puissent les historiettes et les révélations de ce temps-ci ne point apparaître à nos juges comme un des traits caractéristiques de la période que nous traversons !