Page:Revue des Deux Mondes - 1860 - tome 29.djvu/1014

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Veut-on savoir maintenant dans quelle mesure cette amélioration dans les conditions matérielles faites aux marins russes correspond à un développement de la marine nationale et surtout de l’emploi de la vapeur dans cette marine ; quelques chiffres encore montreront quel a été le mouvement de la marine à vapeur comparé à celui de la marine à voiles de 1853 à 1859. Voici pour cette période le chiffre des bâtimens à vapeur et à voiles et des officiers ayant navigué en pays étranger de 1853 à 1859. Dans ce chiffre ne sont pas naturellement compris les navires composant l’escadre d’évolutions de la Baltique. Il ne s’agit ici que des stations extérieures. L’escadre de la Baltique comptait en 1859 six vaisseaux à hélice, et chaque année verra probablement s’accroître cette escadre, car il est de principe en Russie d’entretenir autant que possible une nombreuse armée permanente.

De 1853 à 1855, la Russie compte 7 bâtimens à voiles (3 frégates, 1 corvette, 2 transports, 1 goélette) naviguant dans les mers étrangères. En 1856 apparaissent les bâtimens à vapeur ; le nombre des bâtimens à vapeur employés en pays étranger en 1856 est de 1 vaisseau, 1 frégate, 6 clippers, 1 brick, 1 transport : total 9 bâtimens à vapeur, plus 5 bâtimens à voiles, le tout monté par 156 officiers, 60 élèves, 3,052 matelots. Le chiffre des bâtimens à vapeur naviguant à l’étranger s’élève encore en 1857. Il est de 18, savoir 1 vaisseau, 3 frégates, 10 corvettes, 3 clippers, 1 transport. Les bâtimens à voiles sont au nombre de 5, savoir 2 frégates, 1 corvette, 1 brick, 1 transport, en tout 23 bâtimens montés par 352 officiers, 89 élèves, 5, 773 matelots. Les chiffres de 1858 et 59 sont encore plus significatifs : — pour 1858, 25 bâtimens à vapeur contre 3 bâtimens à voiles ; — pour 1859, 27 bâtimens à vapeur et pas un seul bâtiment à voiles.

Nous n’avons fait ici que grouper quelques récentes données statistiques, mais elles suffisent certainement pour faire apprécier l’importance des réformes accomplies dans la marine russe depuis quelques années. Ces réformes sont principalement administratives ; en effet, c’est dans l’administration surtout qu’il importait d’introduire une vie nouvelle. Des mesures financières ont concouru avec les mesures administratives pour assurer ce résultat sans élever le chiffre total du budget. En simplifiant quelques rouages, en diminuant le personnel des bureaux, on a réalisé des économies qui tourneront au profit de la marine tout entière. On a supprimé les deux tiers des employés du ministère de la marine, en leur accordant une prime de retraite qui atténue pour eux les conséquences matérielles de cette perte d’emploi. C’est enfin à mettre la marine russe, sous le rapport administratif comme sous le rapport militaire, au niveau de celles de France et d’Angleterre qu’on a voulu arriver par de si énergiques efforts. Ces efforts méritent d’être couronnés de succès.


Pce NICOLAS TROUBETZKOÏ.


De quelques livres sur l’art musical

[1]

L’Allemagne est le pays des livres, et surtout des livres qui ont rapport à l’art musical. Le catalogue de tout ce qui se publie chaque année à la foire

  1. La Mise en scène du Don Juan de Mozart, d’après le libretto original de Da Ponte. — Le Théâtre et la Musique, par M. de Wolzogen. — Louis Spohr, sa vie et ses œuvres, par M. Alexandre Malibran. — De l’Enseignement populaire de la musique en France, par M. Boiteau. — Le Diapason normal, par M. G. Bénédit.