Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 43.djvu/113

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DES AGENS
DE
LA PRODUCTION AGRICOLE

IV.
LA CHIMIE ET LA MECANIQUE DANS L'AGRICULTURE
A L'EXPOSITION DE LONDRES..



Un des grands résultats de l’exposition universelle de 1862, c’est d’avoir montré par une heureuse variété d’exemples quels rapports de plus en plus étroits s’établissent entre l’agriculture et l’industrie manufacturière. Ainsi les procédés ingénieux se multiplient pour extraire des végétaux les substances utilisées dans les diverses branches de la production industrielle, et tandis que la ferme vient en aide à l’usine, celle-ci lui rend des services non moins signalés en lui fournissant des engins nombreux et puissans, soit pour le labourage, soit pour la distillerie ou les diverses opérations de culture, sans compter les élémens économiques d’une alimentation abondante et salubre pour le bétail. Plus d’une fois déjà nous avons fait ressortir ce qu’avait de fécond cette alliance du travail agricole et du travail manufacturier. Nous voulons aujourd’hui, par l’examen de produits obtenus surtout grâce à cette alliance et justement remarqués à l’exposition de Londres, montrer quels sont les derniers progrès accomplis dans cette voie, et à cette occasion résumer, en les complétant, des vues précédemment développées sur les agens de la