Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 50.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE
FETE DE LA SCIENCE
DANS LA HAUTE-ENGADINE

Quarante-septième réunion de la Société helvétique des sciences naturelles à Saumura, canton des Grisons.

À l’extrémité orientale de la Suisse, sur les confins du Tyrol et de la Haute-Italie, s’étend une longue vallée que l’Inn parcourt dans toute sa longueur. Vallis in capite OEni, disaient les anciens : de là Ingiadina et enfin Engadine, comme on dit aujourd’hui. La partie supérieure de la vallée, large et évasée, est élevée en moyenne de 1,650 mètres au-dessus de la mer ; elle prend le nom de Haute-Engadine, et se termine vers le sud au passage du Maloya, dont l’altitude est de 1,835 mètres. Ce col conduit directement en Italie par Chiavenna et les bords du lac de Côme. Au nord, la Haute-Engadine se continue avec la Basse-Engadine ; celle-ci aboutit aux gorges de Finstermünz en Tyrol, où l’Inn coule encore sous le pont de Saint-Martin, à 1,020 mètres au-dessus de la mer. L’Engadine est la plus élevée des grandes vallées de la Suisse qui soit habitée pendant toute l’année.

Issue du puissant massif des Alpes qui donne naissance aux deux grands fleuves de l’Europe moyenne, le Rhône et le Rhin, l’Inn devrait porter le nom du Danube, car celui-ci n’est d’abord qu’une faible rivière née dans la cour d’un château princier, sur les humbles collines du versant méridional de la Forêt-Noire ; mais dans