Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 68.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une mer de glace d’où émergeaient à peine quelques rares sommets. Pour le nord de l’Asie, les documens nous font défaut. Le pôle sud étant environné de tous côtés par la mer, la calotte de glace n’a pu s’établir sur la terre, c’est la mer elle-même qui devait être constamment gelée.


I. — LA PÉRIODE GLACIAIRE EN SCANDINAVIE.

Étudions d’abord le phénomène en Scandinavie et en Finlande, où il a frappé depuis longtemps les observateurs par sa grandeur et sa généralité. A l’époque du maximum d’extension, la Norvège, la Suède, la Finlande et la Russie orientale jusqu’au lac Ladoga étaient un fond de glacier. Aussi toutes les roches dures, sans exception, y sont-elles moutonnées, polies et striées. Le côté choqué par le glacier et arrondi par lui (stoss-side des géologues scandinaves) est tourné en général vers le nord, le côté escarpé (lee-side), épargné par l’action burinante, regarde le midi. En Finlande, pays ondulé, mais peu accidenté, la direction des stries est du nord-ouest au sud-est [1]. En Scandinavie, l’arête de montagnes qui forme l’axe de cette grande presqu’île divisait la calotte de glace en deux branches, l’une orientale, l’autre occidentale : aussi en Suède les stries sont-elles dirigées du nord-ouest au sud-est comme en Finlande, en Norvège du nord-est au sud-ouest; dans les deux pays, elles descendent des montagnes vers la mer. Ai-je besoin d’ajouter que ces directions ne sont pas absolues, et qu’elles souffrent de nombreuses exceptions, dues à la configuration des grandes vallées et à la pression mutuelle des glaciers les uns contre les autres? Pour s’en assurer, il suffît de jeter un coup d’œil sur la carte d’une partie du golfe de Hardanger (Hardangerfiord), au sud de la Norvège, que M. Sexe, de Christiania, a récemment publiée [2]. La direction des stries est celle des vallées et des fiords qui se jettent dans le golfe principal sous des angles divers : de là sur la carte de M. Sexe des systèmes de flèches qui se croisent, et sont même quelquefois dirigés en sens inverse l’un de l’autre.

Lorsque l’eau du fiord est transparente et tranquille, on voit les stries se prolonger au-dessous de la surface liquide. Tantôt elles plongent, tantôt elles émergent sous des inclinaisons variables pour chaque point. Sur les parois des rochers, on les reconnaît encore à de grandes hauteurs : ainsi dans le Soerfiord elles sont très visi-

  1. Nordenskioeld, Beilrag zur Kenntniss der Schrammen in Finnland, 1863.
  2. Cette carte, qui fait partie de l’ouvrage intitulé Traces d’une époque glaciaire dans les environs du Hardangerfiord, contient l’indication des stries, qui sont figurées par des flèches. Christiania 1866.