Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 68.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


péri pendant cette époque : je citerai le lion, la panthère, le serval, le lynx, le chacal, le renard doré, la genette de Barbarie, vivans encore dans le nord de l’Afrique, éteints dans le midi de la France, où l’on ne trouve que leurs os ensevelis dans le limon des nombreuses cavernes de la région méditerranéenne de notre pays. Première apparition de l’homme, modification profonde de la faune et de la flore européenne, disparition de certaines espèces, naissance ou envahissement par migration de la plupart de celles qui nous entourent, telle est en résumé l’influence de la période de froid sur les manifestations de la vie à la surface du globe.


VI. — CAUSES DE LA PÉRIODE GLACIAIRE.

Nous venons de voir que les fossiles des terrains tertiaires supérieurs accusent partout un climat beaucoup plus chaud que celui qui règne maintenant en Europe, mais ces terrains sont souvent séparés des dépôts glaciaires par plusieurs formations géologiques plus récentes; mais dans la partie orientale de l’Angleterre l’étude du terrain qui a précédé immédiatement la période glaciaire a permis de savoir quel était le climat auquel elle a directement succédé. Ce terrain se trouve dans les comtés de Norfolk, Suffolk et d’Essex, où la forêt sous-marine de Crommer a déjà appelé notre attention : il se compose de lits coquilliers et sableux. Dans le pays, ces couches se nomment crag, et les géologues ont adopté ce mot. On distingue trois étages dans le crag : 1° un étage inférieur appelé crag corallin, 2° un étage moyen désigné sous le nom de crag rouge, 3° un étage supérieur nommé crag de Norwich, du nom de la ville près de laquelle il est situé. Ces trois étages contiennent 442 espèces de coquilles qui ont été étudiées avec le plus grand soin par M. Searles Wood; les unes appartiennent à des mollusques encore vivans, les autres à des espèces éteintes. Celles-ci diminuent de nombre à mesure qu’on s’élève dans les trois étages, ou, en d’autres termes, à mesure qu’on se rapproche de la période actuelle; mais en même temps le nombre des espèces méridionales encore vivantes dans l’Océan-Atlantique diminue également. Ainsi dans le crag inférieur ou corallin il y a 27 espèces méridionales, dans le crag rouge 1(), et dans le crag supérieur ou de Norwich il n’y en a plus. Évidemment le climat s’est refroidi peu à peu, car ces dépôts représentent une longue série d’années. A ce refroidissement lent et graduel a succédé la période de froid, caractérisée par des dépôts glaciaires et des coquilles arctiques. Essayons de nous faire une idée du climat de cette période. On est tenté de se figurer que plus le climat sera rigoureux, plus les glaciers acquerront de puissance et de développement : c’est une erreur. Pourvu que les hivers soient