Page:Revue des Deux Mondes - 1868 - tome 74.djvu/1024

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
VERSAILLES
LEGENDE

VI.
LE COLLIER DE LA REINE.


Ces grands parcs créés par les rois,
Leurs courtisans et leurs ministres,
Ces grands parcs sont parfois sinistres
Plus que la profondeur des bois.

J’ai vu les forêts allemandes,
Leurs sentiers grimpant sur les monts,
Leurs carrefours où les démons
Et les sorcières vont par bandes ;

Gorge au loup, repaire infernal,
Que l’œil du hibou taciturne
Dans l’incantation nocturne
Éclaire seul comme un fanal ;

J’ai vu la piste où passe encore
La meute du chasseur maudit,
La futaie immense où bondit
L’horrible coursier de Lénore ;

Ces lieux sauvages et suspects,
Décriés par toute la terre,
Je les ai, rêveur solitaire,
Parcourus sous tous leurs aspects,